Archives pour la catégorie SEXUALITE FEMININE

Endométriose : pourquoi ça fait si mal ?

Première cause d’infertilité en France, l’endométriose touche une femme sur dix en France. Sa cause demeure mystérieuse et pourtant, les douleurs qu’elle provoque pendant les règles sont bien réelles.

triste6

L’endométriose se révèle toujours par un symptôme : d’insoutenables douleurs pendant les règles. « Ce n’est pas normal d’avoir mal », souligne la gynécologue.

L’endométriose, qu’est-ce que c’est ?

L’endométriose, est due à la multiplication anarchique des cellules de l’endomètre qui, au lieu de rester dans l’utérus, migrent sur les ovaires, les intestins, la vessie, le rectum, les reins et le diaphragme, déclenchant des douleurs intenses.

L’endométriose résulte de l’écoulement de l’endomètre, la muqueuse interne de l’utérus qui se développe entre chaque menstruation pour accueillir un éventuel embryon. Quand aucun ovule n’a pas été fécondé, l’endomètre se délite dans le mélange de chair et de sang que sont les règles.

Lire la suite Endométriose : pourquoi ça fait si mal ?

Le clitoris, un organe pas comme les autres

Le clitoris, organe du plaisir…

clitoris.png

Organe du plaisir par excellence, le clitoris jouit de nombreux surnoms et sobriquets, clito, berlingot, bouton, haricot, petit pois… Il est la source de plaisir principale pour la majorité des femmes. Mieux le connaitre, vous permettra d’encore mieux en profiter ! Petit tour d’horizon d’un organe pas comme les autres.

Lire la suite Le clitoris, un organe pas comme les autres

Le plaisir féminin, à bouche que veux-tu

On a bien répété aux femmes que leur sexe était sale. Elles en déduisent donc que le cunnilingus est une faveur, voire un sacrifice… alors même que la majorité des hommes le pratiquent pour leur plaisir.
Peinture pompéienne murale 79 av. JC.

Il est loin le temps où le cunnilingus passait pour une pratique élitiste ou subversive ! Plébiscité par les Français, l’embras(s)ement du sexe féminin compte pas moins de 87 % d’adeptes selon les manifestants, 73 % selon la police – deux scores de république bananière. Ou de république ostréicole.

Recevoir un cunnilingus demande une certaine confiance. Or, comme chacun sait en cette période de prolifération des complexes, la confiance ne coule pas de source. Il est normal d’être gênée : comment ne pas intérioriser des millénaires d’associations douteuses entre vulve et moiteur, maladie, mauvaises odeurs et putréfaction ?

Lire la suite Le plaisir féminin, à bouche que veux-tu